Outerspace

Le système solaire des planètes de Final Fantasy
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 FINAL FANTASY L'éternelle Félicité

Aller en bas 
AuteurMessage
Ex-Zack
Chevalier de l'Hildegarde
Chevalier de l'Hildegarde
avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 27
Prénom : Alexou
Niveau : 41
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: FINAL FANTASY L'éternelle Félicité   Ven 2 Mar - 10:57

FINAL FANTASY
L’éternelle Félicité
Chapitre 1
Là où tout à commencé

Auron se tenait au sommet d’un immeuble en regardant toutes les lumières de la ville. C’était Zanarkand, la plus grande ville du pays et qui contenait des grattes ciels gigantesques. Elle était toujours en fonctionnement, autant le jour que le nuit. Cette nuit là, la brise du vent était aussi froide que les nuits d’hiver glacées de d’habitude. Le dénommé Auron n’en frissonnait même pas. C’était un grand personnage à l’allure menaçante qui portait un grand manteau rouge qui recouvrait complètement son corps. Il avait de petites lunettes noires bien détachées de ses yeux qui cachaient à peine la cicatrice qu’il avait sur l’œil droit. Cette marque l’avait rendu aveugle d’un œil, mais cela ne le dérangeait pas pour autant. Ses cheveux sombres étaient d’un noir de jais, coiffés en bataille et ses longues bottes brunes ne le rendait que plus mystérieux et ténébreux. Il avait tout à fait l’air d’être une sorte de soldat à la retraite, car ce qui était sûr c’est qu’il avait dû rencontrer de nombreuses difficultés, voir même de nombreux combats. Le peu de gens qui l’avaient rencontrés pensait sans aucun doute que c’était l’un de ces hommes qui avaient participés à la guerre des machines, cette guerre qui avait ravagé le monde entier en faisant de nombreuses victimes. Même aujourd’hui, la lutte n’avait toujours pas prit fin, mais heureusement ça semblait se calmer de plus à plus au Sud. Auron aurait pu être nerveux ce soir-là, si il n’était pas obligé d’avoir tout le temps l’air d’être un homme sans émotions et qui ne ressentait rien. Sa manche gauche était vide et son bras traversait toute sa veste en se laissant tomber sur le col de son manteau. Visiblement, ce bras était paralysé. Et personne n’en connaissait la raison.
L’air glacial n’affectait guère Auron, qui avait toujours l’air grognon derrière ses lunettes noires d’aveugle. Il ne souriait presque jamais, ou devrais-je dire, il ne souriait jamais et quelques petites rides couvraient un peu le contour de sa bouche. Mais malgré ses trente-six ans, Auron, qui gardait toujours son esprit calme et serein, était un grand guerrier, un des meilleurs même, et savait très bien régler ses comptes avec ses ennemis. A ce moment précis, il semblait attendre quelque chose, toujours patient il attendait en observant les milles lumières de la Zanarkand.

Sur le port, Tidus regardait le reflet de la lune sur la mer, assit sur le rebord d’un bateau. C’était un jeune homme de dix-sept ans, blond aux yeux bleus. Il venait de débarquer dans la ville avec son équipe de blitzball, les Zanarkand Abes. Le blitzball était un sport aquatique très prisé dans ce monde, dans lequel des joueurs nageaient dans une sphère remplie d’eau et se passaient un ballon pour marquer des buts. Car en effet, aujourd’hui était le grand jour pour tous les joueurs et fans de blitzball. La grande finale du championnat de la Jecht mémorial Cup aurait lieu ce soir, dans quelques minutes très exactement. Les Zanarkand Abes de A-est allaient affronter les autres favoris du championnat, les Duggles de C-sud. Lui et son équipe vivaient leurs derniers instants tranquilles avant le match, juste avant de se retrouver sous une foule de fans qui allaient leur sauter dessus. C’était l’heure à présent. Quelques secondes plus tard, Tidus se leva, juste quand le coach de l’équipe, le dénommé Wedge vint les chercher pour les emmener au stade. Toute l’équipe traversa en file indienne le pont du magnifique navire et descendit sur la jetée, qui avait été nettoyée juste en prévision du débarquement de la meilleur équipe de blitzball. Tout au bout, des centaines de fanatiques les attendaient à bras ouverts, tous avec des ballons de blitz à la main, prêts à se faire dédicacer. Il y eut des hurlements, des gens sifflaient et criaient pour acclamer leurs favoris, mais surtout, beaucoup de gens étaient venus ici pour voir spécialement Tidus, qui était le favoris de son équipe, le meilleur on peut dire aussi. Des millions de lumières jaillissaient de partout sur le port et des centaines de ballons de blitzball furent levés. Alors que les Zanarkand Abes s’approchaient, un petit groupe de jeunes filles s’approchèrent le plus près de Tidus que possible :
- On peut avoir un autographe ?! Demanda celle de devant, toute excitée.
Elles avaient toutes les vêtements de la même couleur, en jaune, la couleur du maillot des Zanarkand Abes. Tidus lui-même portait naturellement cet habit, comme tous ses équipiers d’ailleurs. Il semblait réfléchir à la proposition. Il jeta quelques coups d’œil aux autres joueurs qui eux aussi signaient des autographes. Si ils le faisaient c’est que pour une fois, le coach avait décidé d’accepter. Tidus avait l’habitude de prendre exemple sur son équipe, qui était un peu plus vieille que lui. Il ne se le fit pas répéter deux fois et il attrapa la balle en signant « Tidus » en toutes lettres. Bien évidement, il dû aussi signer à toutes les autres filles, qui attendaient derrière.
- Merci beaucoup ! Dit la première jeune fille en poussant un cri de joie. Et bonne chance pour le match !
- Oh, t’en fais pas pour ça. Répondit Tidus. Le match, c’est dans la poche !
Toutes les filles le regardaient alors en arrêtant pas de crier.
- Tiens… Dit Tidus. J’ai une idée, quand je marquerais un but, je ferais… comme ça !
D’un geste, il leva alors les deux bras en l’air et en étirant ses doigts en enlevant juste son pouce et son index. Ça faisait un signe totalement nouveau.
- Voilà, ça voudra dire que je vous le dédierais !
Le groupe se mit alors à rire d’un rire très aigue. Elles étaient vraiment fan de Tidus et elles étaient tombées sous son charme. Lui, n’avait pas tellement l’habitude, mais il se contentait de rester cool.
- C’est quoi vos places ? Demanda-t-il.
- Section Est au premier rang ! Répondit la première fille le plus rapidement possible.
- Moi, c’est la cinquième en partant de la droite ! Répondit une autre. Tu pourras pas me rater !
- OK. Dit Tidus. Je m’en souviendrais !
Il rejoignit alors ses camarades sous les applaudissements des autres fans. Tout le monde lui criait des trucs incompréhensibles à cause du boucan que ça faisait, mais il captait quand même quelques mots comme « bonne chance » ou des trucs du genre. Un jeune type parvint à se placer devant les autres pour lui demander :
- Alors, tu te sens bien pour le match ?!
- Ouais, j’ai la pêche comme d’hab ! Répondit tant bien que mal Tidus en se faisant bousculer de tous les côtés. Merci !
- Trop cool ! Dit l’autre. T’inquiète, on est tous avec toi mec !
Maintenant, c’était trop tard pour tenter de s’échapper et trois gamins vinrent se placer autour de lui en se faufilant dans la foule.
- Tu peux me le signer ? Demanda l’un d’entre eux en tendant son ballon vers lui.
- Pas de problème ! Menti Tidus en signant une nouvelle fois une balle.
- Et moi, s’il te plaît ! Fit un autre.
- Oui… voilà, voilà…
Et comme si ça ne suffisait pas, un autre vint lui crier juste à côté de l’oreille :
- Et moi, et moi ?!
- Du calme, pas de panique… fit Tidus en se frottant l’oreille. Pas la peine de s‘inquiéter, y’en aura pour tous le monde !
Mais une fois de plus, Tidus mentait à ses fans, juste pour leur échapper. Il aurait volontiers besoin d’aide, mais même les autres joueurs de son équipe étaient pris.
- Bon, euh… faut que j’y aille maintenant. J’ai un match super important et...
Mais personne ne semblait l’écouter. Ils faisaient tous cercle autour de lui et les trois gamins lui tiraient les habits. Tidus ne voyait pas du tout comment faire pour fuir à la foule. Il pensait au match et il savait que son équipe serait déclarée forfait si ils n’arrivaient pas à l’heure. C’était d’ailleurs à cause de ça qu’ils avaient perdus le mois derniers lors de qualifications. Sauf qu’avant, c’était à cause de lui tout seul. Tous ses compagnons avaient comptés sur lui, mais il les avait fait perdre. Pour Tidus, c’était un très mauvais souvenir.
- Prêts… ? S’exclama l’un des petits garçons qui le tenaient. Un, deux…
- Apprends-nous à jouer au blitz !! S’écrièrent-ils tous en cœur, sous le regard désespéré de Tidus.
Ce denier fut à moitié étonné, même si pour lui c’était quand même normal que, comme par hasard, tout le monde semblait décidé à lui faire perdre la finale de ce soir.
- C’est que… Dit-il. J’ai un match là, et…
- Alors pourquoi pas ce soir ?! S’exclama rapidement le petit groupe, plein d‘espoir.
- Heu, et ben…
Tidus avait autre chose à faire ce soir, il le savait bien. Il comptait fêter sa victoire avec toute son équipe. Parce qu’il était sûr de gagner. Il était très déterminé.
- Heu, disons demain… Ajouta-t-il en tentant de se sortir de là. D’accord ?
Mais les enfants n’étaient pas satisfaits. C’est pourquoi ils lui jetèrent tous un regard irrésistible, même pour lui, en ajoutant :
- Tu le promets ?!
Tidus était un peu dérangé, il détestait mentir et en général, quand on lui posait des questions dérangeantes, il ne répondait pas. Bien entendu, ce coup-ci il devait répondre.
- Heu… bah, euh… peut-être, enfin oui…
Les autres poussèrent des cris de joie et Tidus parvint cette fois à les dépasser en s’approchant le plus possible de ses équipiers. Tous le gosses le saluèrent alors en faisant le signe de la victoire. C’était un signe qu’ils faisaient avec les deux mains, avant d’incliner le torse. Le signe de la victoire était très populaire dans le monde du blitzball.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ex-Zack
Chevalier de l'Hildegarde
Chevalier de l'Hildegarde
avatar

Masculin
Nombre de messages : 71
Age : 27
Prénom : Alexou
Niveau : 41
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: FINAL FANTASY L'éternelle Félicité   Jeu 8 Mar - 12:08

Chapitre 2
Pensées avant le match



Ce fut quelques temps plus tard, avec l’aide de Wedge et les autres que Tidus parvint maladroitement à se débarrasser de toute la foule. L’équipe au complet se dirigeait maintenant vers le stade de Zanarkand. Ce stade si réputé dans le monde entier d’où émanait des millions de lumières de toutes les couleurs. En traversant la ville, tout le monde leur jetait des coups d’œil et au départ, Tidus fut surpris de ne pas voir Auron. C’était comme un père pour lui. Depuis la mort de ses parents il veillait sur lui, mais voilà qu‘il s‘était absenté pendant dix ans.. Depuis que Tidus l’avait revu, il y a à peine un mois, juste avant le match de perdu, Auron semblait de plus en plus bizarre, même si le mystère était sa spécialité. Tidus n’avait jamais osé lui demander comment il avait perdu son bras et son œil. De toute façon, il savait que Auron ne répondrait pas, il était plutôt prévisible, vu qu‘il avait toujours la même attitude avec tout le monde.
Les Abes traversèrent l’autoroute de la ville en véhicule et à leur arrivée près du stade, ils descendirent en continuant à pieds. Toute une foule, encore plus grande que celle du port les y attendait, couverts de toutes les lumières du stade de la nuit.
Le stade était un bâtiment gigantesque construit sur l’eau et seule une grande passerelle de métal le connectait à la ville machine. Ville machine étant un nom pour qualifier les grandes villes de ce monde essentiellement constituées de machines qui l’entretiennent. Mais attention, cela ne signifie pas du tout que ces villes sont habitées par des robots ou autre truc mécanique. Ce sont des gens normaux, des humains qui les habitent. Il y avait des millions de routes qui traversaient les cieux de Zanarkand et le sol était réservé aux piétons.
Tidus regardait les millions de gens qui les regardaient à l’entrée du grand stade. A chaque fois, il avait un peu le trac de passer devant d’un air triomphant, mais pourtant tous les fans criaient et respectaient les blitzeurs (joueurs de blitzball). De plus, il était l’idole de son équipe. C’était le fils de Jecht, l’homme qui fut l’espoir du blitz avant sa disparition. Jecht était le meilleur, et c’était même en son honneur que cette compétition avait été lancée : La Jecht mémorial Cup, en souvenir du plus grand espoir de blitzball. Juste au dessus d’eux, un grand portrait agrandit en six fois était accroché en haut de l’entrée. Il représentait Jecht. Tidus tourna la tête vers son père et parut un peu énervé de le voir ici. En effet, Tidus détestait son père pour une raison qui lui était inconnue. Mais maintenant il n’était plus là, même si pourtant, son portrait continuait à l’agacer. Tidus lui lança un signe de défi, avant de continuer à avancer.
Lorsque tout à coup, une voix surgit de tous les écouteurs du stade et tout le monde se tut. C’était le commentateur du match qui commençait son discours. Tidus essayait de ne pas l’écouter et de se concentrer pour le match. Lui et toute son équipe avançaient sur la longue passerelle en direction de toutes le personnes qui n’avaient pas obtenues de billets et qui attendaient à l’entrée du stade.
- Et voilà ça va faire dix ans aujourd’hui… Lança le commentateur. Dix ans, je m’étais enfuit de chez moi, et j’étais dans un café quand j’ai appris la nouvelle… Jecht, notre héros, disparu, envolé !
Sur ces mots, Tidus se pétrifia. Il se souvenait du moment où sa mère venait de lui annoncer sa mort, sur le port. Jecht était partit en mer pour s’entraîner, mais il n’était jamais revenu. Tidus s’en souvenait trop bien… ce jour là, il n’avait même pas pleuré, ni même été triste…
- Mon père, c’était son plus grand fan. Continua le commentateur. J’ai pensé qu’il devait être super triste… on l’ tus été ce jour là…
C’est à ce moment que Tidus réalisa qu’il avait peut-être eu tort de le détester. Comment quelque un d’autre aurait-il pu être triste à sa place ? Non, c’était n’importe quoi… si Tidus n’avait jamais pleuré pour ça, c’est parce que son père ne le méritait pas… Tidus refusait de culpabiliser pour lui, alors que…
Le commentateur venait de reprendre son discours, mais Tidus essayait de ne pas l’écouter. Lorsqu’il réalisa qu’il s’était arrêté sur place, il reprit sa marche comme si ne rien n’était. Les fans étaient bien trop occupés à crier pour remarquer la préoccupation de Tidus.
- Je me suis dit : « Zanar, qu’est-ce que tu fous ? ». Dit l’autre. Alors je suis rentré chez moi à toute vitesse. On a parlé de Jecht toute la nuit… on avait jamais autant discuté avec mon père. Mais, enfin, je vais pas vous raconter ma vie !
Tidus fut soulagé de ces derniers mots, c’était comme si le commentateur faisait exprès de parler de ça juste pour lui faire perdre la coupe. Il rentra dans le stade avec son équipe, en passant l’immense entrée munies de colonnes sur lesquelles étaient entreposées des taues de ballon de blitz.
- Maintenant ça va faire dix ans… et ce soir c’est la finale de la Jecht mémorial Cup ! Les deux équipes finalistes sont évidement les Abes de A-Est… et les Duggles de C-Sud !
A présent, toute l’équipe était réunie près du grand bassin rond rempli d’eau, sur lequel étaient disposés deux buts triangulaires de chaque côté. C’était là que les joueurs devaient marquer pour rempoter le match. Les tribunes étaient disposées tout autour et mesuraient des mètres et des mètres ! C’était impressionnant de voir un stade aussi rempli et aussi lumineux. Les deux équipes étaient chacune face à face sur deux côtés opposés, juste sur une sorte de grand banc métallique qui faisait tout le tour du bassin. Mais le bassin, n’était pas vraiment un bassin, voir même pas du tout. Il s’agissait d’une grande sphère remplie d’eau qui flottait au milieu du stade. C’était grâce à leurs machines que les gens avaient inventés ce système pour jouer au blitz. C’était comme s’il y avait des murs transparents qui contenaient l’eau dans la sphère, sauf qu’il n’y avait rien. Les joueurs pouvaient traverser la bulle d’eau dans les deux sens en se retrouvant instantanément immergé ou émergé. Pratique !
Pour se décontracter, Tidus fermait les yeux, assis sur son banc en essayant de ne penser à rien. Wedge, lui, se sentait prêt et n’arrivait pas à garder son calme. L’équipe adverse, elle, semblait tout aussi contractée que Tidus.
- Je sais que vous êtes nombreux aujourd’hui à être venus voir le championnat des Abes. Dit le commentateur. En seulement une année… il est devenu le numéro un de l’équipe… c’est le fils de Jecht… et le nouvel du blitzball… le dénommé Tidus ! Quel super tir va-t-il nous montrer cette fois-ci ?
En ouvrant les yeux, Tidus vit au dessus de lui. Les étoiles brillaient d’un blanc-bleu azur et il lui cru un instant voir son père débarquer sur le port en voyant le vent souffler, comme s’il repoussait les étoiles. Stupide…
- Verrons-nous le tir légendaire de son père ?! Mon petit doigt me dit que je ne suis pas le seul à ne pas tenir en place ! Continuait l’autre, partit dans son délire.
En effet, le vent venait de se lever et Tidus frissonna. Il sentait la présence d’une personne avec qui il était lié… son père devait se trouver quelque part. Si près… mais était-il vraiment là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
FINAL FANTASY L'éternelle Félicité
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TCG] Final Fantasy
» [TCG] Final Fantasy
» NeXuS's Shop
» [Jeux vidéos - RPG] Final Fantasy, etc....
» Final Fantasy 14 - ARR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Outerspace :: Hors Role Playing Game :: -
Sauter vers: